top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurVortex

L'Art Récup : Histoire, Évolution et Impact de l'Art Récupération

Dernière mise à jour : 22 sept. 2023


L'Art Récup, également connu sous le nom d'Art Récupération, d'Art Recyclé ou de Récup Art, a gagné en popularité au XXe siècle en réponse aux préoccupations environnementales croissantes. Cet article explore l'histoire de l'art récup, de ses débuts modestes à son rôle actuel en tant qu'expression artistique influente. Si vous souhaitez connaître plus d'artistes art récup contemporains, c'est par ici.

L'Art de la Récupération : présent depuis toujours

L'idée d'utiliser des matériaux récupérés dans l'art remonte à l'Antiquité. Les civilisations anciennes, telles que les Égyptiens et les Romains, réutilisaient fréquemment des matériaux pour créer des œuvres d'art. Des fragments de statues et de bâtiments étaient souvent recyclés pour créer de nouvelles sculptures et structures.

Orfèvrerie de Conques - reliquaire "A de Charlemagne"

Au Moyen Âge, la réutilisation d'objets et de matériaux était courante dans l'art religieux. Les orfèvres médiévaux utilisaient fréquemment des pièces anciennes pour créer de nouvelles œuvres religieuses, comme des reliquaires et des châsses. Cette pratique était à la fois économique et symbolique, donnant une nouvelle vie à des objets tout en préservant leur signification sacrée.





Au début du XXe siècle, le collage est devenu un moyen artistique répandu de combiner des matériaux récupérés pour créer des œuvres originales. Les artistes du mouvement Dada, comme Hannah Höch et Kurt Schwitters, ont expérimenté avec le collage en incorporant des éléments trouvés tels que des morceaux de journaux, des tickets de tramway et d'autres objets du quotidien. Le collage Dada a remis en question les conventions artistiques et sociales de l'époque, anticipant ainsi le mouvement de l'art récupéré qui allait suivre.

Avant 1950, plusieurs artistes ont anticipé les principes de l'art récupération. La sculptrice américaine Louise Nevelson, par exemple, a créé des assemblages en utilisant des morceaux de bois récupérés. Son travail était caractérisé par son utilisation innovante de l'ombre et de la lumière pour donner une nouvelle vie à des matériaux abandonnés.

Débuts de l'Art Récup

L'art récupération, ayant des origines dans le dadaïsme et le surréalisme des années 1920, est né de la volonté de défier les conventions artistiques. Il consiste à utiliser des matériaux et des objets du quotidien pour créer des œuvres provocantes. Ces artistes tel que Marcel Duchamp ont souvent récupéré des objets abandonnés ou rejetés pour en faire des déclarations artistiques et politiques.


1917 - Marcel Duchamp

Après la guerre, de nombreux artistes, confrontés aux décombres et à la destruction, ont commencé à utiliser des matériaux récupérés pour créer des œuvres d'art. Cette période a été un tournant majeur dans le développement de l'art récupération en tant que mouvement artistique.

Art Récup et Pop Art

Entre les années 1950 et 1960, les artistes de cette époque ont commencé à puiser leur inspiration dans le monde qui les entourait, en utilisant des matériaux aussi banals que des morceaux de bois, des vieux journaux, des objets en plastique, ou encore des déchets industriels. Ils ont choisi de mettre en lumière la beauté et la signification intrinsèque de ces objets apparemment ordinaires, défiant ainsi les normes de l'art traditionnel.

Affiche Andy Warhol - Soupe Campbell, 1968 (Tomato) - Pop Art

Ainsi, l'art récupération a été influencé par le mouvement du Pop Art, qui a

connu son apogée dans les années 1960. Des artistes tels qu'Andy Warhol, Roy Lichtenstein et Claes Oldenburg ont utilisé des objets de la culture populaire et de la consommation de masse dans leurs œuvres. Les célèbres boîtes de soupe Campbell de Warhol et les toiles inspirées des bandes dessinées de Lichtenstein ont fait sensation. Bien que le Pop Art ne soit pas strictement de l'art récup, il a contribué à populariser l'idée que l'art pouvait être trouvé dans l'ordinaire.





A cette époque, l’art était souvent accompagné d'une critique sociale profonde. Les artistes ont utilisé des objets récupérés pour remettre en question la société de consommation et ses excès. Ils ont mis en évidence le gaspillage des ressources et les conséquences de la surproduction. Ces œuvres ne se contentaient pas d'être des créations visuelles, elles étaient également des commentaires sociaux puissants. Plusieurs artistes emblématiques ont contribué de manière significative à l'art récup de cette période. Robert Rauschenberg, par exemple, est célèbre pour ses "combines", des assemblages d'objets trouvés et de peinture. Le français Arman est également un acteur clé avec ses accumulations d'objets de la vie quotidienne. De plus, Jean Tinguely a créé des sculptures cinétiques à partir de matériaux récupérés, explorant le concept du mouvement et de l'obsolescence.


Combine (1954–64) - Robert Rauschenberg Foundation

Art Environnemental et Évolution de l'Art Récup

Les années 60 ont été marquées par des mouvements sociaux et culturels tels que le mouvement des droits civiques, le mouvement anti-guerre, et l'émergence du féminisme. Ces périodes ont également été le point de départ de la sensibilisation croissante aux problèmes environnementaux, notamment la pollution de l'air et de l'eau, ainsi que la dégradation de l'écosystème. Dans ce contexte, l'art récupération a évolué en tant que réponse créative à ces préoccupations.

L'art récupéré de cette époque s'est distingué par son engagement envers la préservation de l'environnement. Les artistes ont utilisé des matériaux récupérés pour créer des œuvres qui mettaient en évidence les problèmes environnementaux. Les déchets industriels, les objets abandonnés et les matériaux recyclés sont devenus les éléments centraux de leurs créations. Parmi les artistes emblématiques de cette époque, on peut citer Eva Hesse, qui a utilisé des matériaux industriels pour créer des sculptures organiques et énigmatiques. Joseph Beuys, quant à lui, a travaillé avec des matériaux naturels et récupérés, explorant les thèmes de la nature, de l'énergie et de la régénération.


Works from 1965-66 in Eva Hesse’s studio. From left to right: ‘No title’, 1965; ‘Ennead’, 1966; ‘Ingeminate’, 1965; ‘Several’, 1965; ‘Vertiginous Detour’, 1966; ‘No title’ 1966; ‘Total Zero’, 1966; ‘No title’, 1966; ‘Long Life’, 1965; ‘Untitled or not yet’, 1966

Parallèlement à la critique environnementale, l'art récup a également été une réflexion sur la société de consommation. Les artistes ont remis en question l'idée de la surproduction et du gaspillage en utilisant des objets de la vie quotidienne dans leurs créations. Le mouvement Fluxus, par exemple, a mis l'accent sur l'art de l'éphémère et du non-commercial, en utilisant des objets récupérés dans des performances artistiques provocatrices. Ces artistes ont cherché à détourner l'attention du matérialisme excessif vers une expérience artistique plus directe et participative.

Rébellion Créative et Révolution Culturelle des années 70

Les années 1970 ont été marquées par des mouvements sociaux importants, tels que le mouvement des droits civiques, le féminisme et le mouvement écologiste. L'énergie contestataire des années 1960 s'est prolongée dans les années 1970, alors que la société remettait en question les normes établies et cherchait à explorer de nouvelles voies d'expression. Durant cette décennie, l'art récup est devenu un moyen privilégié de rébellion artistique contre la société de consommation. Les artistes ont utilisé des matériaux récupérés pour créer des œuvres qui remettaient en question les valeurs matérialistes de l'époque. L'artiste américain Gordon Matta-Clark, par exemple, a créé des installations en utilisant des matériaux de récupération et des maisons abandonnées, remettant ainsi en question la notion de propriété.


Gordon Matta-Clark, “Conical Intersect” (1975) (photo courtesy The Estate of Gordon Matta-Clark et David Zwirner, New York / Londres / Hong Kong. © 2018 The Estate of Gordon Matta-Clark / ADAGP, Paris)

L'art récupération a également fait partie intégrante de la culture du graffiti urbain qui a émergé dans les années 1970 et 1980. Les graffeurs ont souvent utilisé des matériaux de récupération, tels que des bombes de peinture en aérosol et des surfaces urbaines abandonnées, pour créer leurs œuvres artistiques provocatrices. Le graffiti est devenu un moyen de s'exprimer dans l'espace public et de contester les normes culturelles établies.

L'Épanouissement de la Créativité Post-Moderne des années 80 et 90

Les années 1980 ont été une décennie de transition culturelle, marquée par une nouvelle vague de consumérisme, l'émergence de la culture MTV, et le développement rapide de la technologie. Cette période a vu une effervescence artistique, notamment dans le domaine de l'art contemporain et s'est caractérisées par le néo-expressionnisme. Dans ce contexte, l'art récup s’est exprimé via des artistes tels que Keith Haring ou Jean-Michel Basquiat qui a utilisé des matériaux de récupération tels que des portes en bois et des panneaux pour créer des toiles explosives qui abordaient des questions de race, de classe et de société.


Jean-Michel Basquiat. Grillo, 1984. Acrylique, huile, collage papier, crayon gras et clous sur bois, 243,8 x 537,2 x 47 cm. Fondation Louis Vuitton. © Estate of Jean-Michel Basquiat. Licensed by Artestar, New York. Photo : © Fondation Louis Vuitton / Marc Domage.

On retrouve ainsi une critique sociale profonde en en utilisant encore une fois des matériaux de récupération pour remettre en question la société de consommation et la surproduction. Les œuvres abordaient des problèmes tels que le gaspillage, la commercialisation de la culture pop, et la désintégration de la société. Les années 1990 ont vu croître la diversité culturelle, le boom technologique, et une sensibilisation accrue aux problèmes environnementaux. La fin de la guerre froide a également entraîné un climat de changement et d'optimisme. Ces facteurs ont influencé la création artistique de l'époque.

On voit également s’imposer la contre-culture et le mouvement punk. Les artistes ont adopté une esthétique brute et alternative, utilisant pour cela des matériaux de récupération. Les installations artistiques sont devenues un moyen privilégié d'expression, et des artistes tels que Tony Cragg ont utilisé des objets que le monde industriel rejette pour créer des sculptures innovantes.

L'Art Récup des Années 2000 : Créativité, Durabilité et Engagement

Les années 2000 ont été marquées par une mondialisation accrue, une révolution numérique et des enjeux environnementaux croissants. La prise de conscience de l'impact de l'activité humaine sur la planète a entraîné une nouvelle réflexion sur la durabilité et l'environnement, des thèmes qui ont également influencé le monde de l'art et notamment l’art récup. Les artistes ont puisé leur inspiration dans une variété de cultures et de matériaux du monde entier. Les artistes intégrant l’art récup, profondément engagé socialement pour certains ont utilisé leur travail pour dénoncer l'injustice sociale, la discrimination, et les inégalités économiques. Des artistes tels que JR, célèbre pour ses projets photographiques monumentaux, ont utilisé l'art récupération pour mettre en lumière des questions sociales et donner une voix aux communautés marginalisées. L'artiste chinois Ai Weiwei, par exemple, a utilisé des objets récupérés pour créer des œuvres qui critiquaient la politique chinoise et abordaient des problèmes mondiaux, tels que la crise des réfugiés et la censure.


Ai Weiwei Fragments, 2005 Ironwood (tieli wood), table, chairs, parts of beams and pillars from dismantled temples of the Qing Dynasty (1644–1911) 196 9/10 × 334 3/5 × 275 3/5 in | 500 × 850 × 700 cm

Au cours des années 2010, l'art récup a adopté une approche encore plus prononcée de la durabilité. Les artistes ont pris conscience de l'importance de réduire leur empreinte écologique en utilisant des matériaux recyclés et récupérés. Cette période a vu l'émergence de l'art environnemental, où des artistes ont créé des installations massives à partir de matériaux naturels et récupérés pour attirer l'attention sur les enjeux environnementaux. Dans le même temps, certains artistes ont utilisé des matériaux récupérés pour sensibiliser aux problèmes environnementaux pressants. Le plastique recyclé, les déchets électroniques et les matériaux naturels sont devenus des sources d'inspiration fréquentes.


Photo : www (World Map), pictures of Junk, 2008 de Vik Muniz

Des artistes tels que Vik Muniz ont créé des œuvres à partir de déchets pour attirer l'attention sur la gestion des déchets et la pollution. L'art récup après 2010 a également exploré de nouvelles frontières de la créativité en intégrant des technologies modernes, telles que l'intelligence artificielle, la réalité virtuelle et la réalité augmentée. Les artistes ont utilisé ces outils pour créer des expériences artistiques interactives et immersives qui invitent le public à participer activement à l'œuvre. On retrouve aussi l'art récup dans la culture urbaine contemporaine. Les artistes de rue ont utilisé des éléments de récupération pour créer des fresques murales, des installations urbaines et des performances artistiques qui reflètent l'effervescence et la diversité de la vie urbaine. Banksy, un artiste de rue britannique célèbre pour ses œuvres politiques et sociales, a souvent utilisé des matériaux de récupération pour ses créations murales. L'artiste portuguais Bordalo II est aussi à l'origine de nombreuses fresques murales monumentales largement inspirées d'animaux, créées à partir de déchets de toute sorte.



Un raton laveur créé par l’artiste Bordalo II à Lisbonne (Portugal)

En conclusion, l'histoire de l'art récup met en lumière la créativité, l'innovation, la conscience environnementale avec bien souvent la provocation en fil conducteur. Elle montre comment les artistes ont utilisé la récupération pour s'exprimer artistiquement tout en abordant des problèmes sociaux et environnementaux. L'art récup joue désormais un rôle essentiel en mettant en avant la créativité comme force de changement et de durabilité dans notre monde en constante évolution. Au fil des décennies, l'art récupération a évolué pour devenir une forme d'expression artistique riche et diversifiée, englobant une gamme variée de matériaux, de techniques et de messages. De la critique sociale des années 1960 et 1970 à l'engagement environnemental du nouveau millénaire, l'art récup continue de jouer un rôle essentiel dans la sensibilisation aux enjeux contemporains et dans la célébration de la créativité humaine. Il reste un moyen puissant de repenser notre relation avec la consommation, la durabilité et la société elle-même.


@Vortex


304 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page